MONTECARLO-LAMBORGHINI

La mystérieuse supercar follement ambitieuse

 

   

 

1. Un constructeur issu de la compétition: Monte-Carlo Automobile

2. Une GT supérieure à la Ferrari F40 : un défi sacrilège

3. Projet 24 H. du Mans : le grand frisson, 354 km/h ...

4. Une production infinitésimale

5. La Monte Carlo Centenaire à moteur V12 Lamborghini


1 . La naissance d'un constructeur de GT à ultra-hautes performances

 

C'est dans les tumultueuses années 80 que Monte-Carlo Automobile vit le jour. Parmi ses créateurs et inspirateurs, le légendaire ingénieur Carlo Chiti, le constructeur de vitures de course Bellasi, pionnier de la fibre de cabrone, ainsi que Marcel Zunnino, ex-AGS (qui créa des Formule 2 et Formule 1), et Pierluigi Corbari (ancien Dirceteur Sportif d'Alfa Romeo)...

Les premières études pour la conception avaient commencé dès 1985 année de la première la première voiture de course, une F3000...

C'est le 28 Mars 1990 que Fulvio Maria Ballabio, ex pilote de monoplace (F3, F2, F3000, Indy) et champion de motonautisme, signe un contrat de collaboration avec Automobili Lamborghini pour la création de ce coupé Grand Tourisme.

En réalité, ; le projet de GT conjuguera entre autres les talents de l'ingénieur Chiti célèbre pour sa carrière chez Alfa Romeo et AutoDelta, celui de Guglielmo Bellasi, ex-constructeur de Formule 1 pionnier de la fibre de carbone, auxquels se joindront Marcel Zunnino (ex-AGS), et Pierluigi Corbari - ancien directeur Sportif d'Alfa-Romeo en F1.

Après cinq années de recherches et de développement, la vision de Ballabio "mettre une voiture de course sur la route", devient réalité. La course allait d'ailleurs plus tard rejoindre le destin de la MCA, par l'entremise de la société russe MIG (le fabricant d'avions) qui racheta une voiture et l'engagea aux 25 heures du Mans 1993.

Grâce à sa société de fabrication de bateaux de luxe et de yachts, Monte-Carlo Marine (MCM-TAI Boats), Fulvio Ballabio dispose d'un potentiel technique et humain significatif pour mener à bien la conception, la mise au point et la fabrication d'un Coupé à hautes performances. La collaboration de G. Bellasi et du légendaire ingénieur Carlo Chiti (ex Alfa-Romeo et AutoDelta notamment) permettent de mener à bien le développement d'un prototype ultra-léger, puissant, remarquablement aérodynamique, et qui offrait des performances de tout premier plan.

 

Fulvio Maria Ballabio devant la première maquette à échelle 1/1 de la MCA.

 

Différents projet de voitures Grand Tourisme ont été lancés à la fin du XXè siècle, mais très peu ont apporté à la fois l'innovation technologique et une véritable vision personnelle de l'automobile. La première Monte-Carlo Automobile fut une magistrale démonstration technique, aussi ien pour le châssis que pour la conception des suspensions et de l'aérodynamique, et pour le choix intelligent d'un moteur V12 de très hautre puissance, à la fois pretigieux et parfaitement éprouvé. Le concept mariait audacieusement l'expérience de la compétition et la tradition séculaire de luxe des GT Italiennes.

L'usine Lamborghini, représentée par son directeur d'alors, M. Gianfranco Venturelli, s'engagea à fournir à MCA des moteurs V12 de la dernière génération pour la réalisation des premiers prototypes. La production sera effectuée dans les ateliers de MCA à Monaco, faisant de MCA la première marque de voiture Monégasque. La présentation de la MCA par le Prince Rainier lui-même confirmera l'importance et les ambitions élevées de l'entreprise.

Le premier succès de Monte-Carlo Automobile fut d'avoir présenté, en état de prendre la route, la première GT de l'histoire construite en fibre de carbone (coque et carrosserie), et cela avant même la célèbre Bugatti EB110 GT. La Ferrari F40 contemporaine n'offrait alors qu'un très classique châssis tubulaire renforcé par quelques panneaux de fibre de carbone ; une belle démonstration de la technicité et des ambitions du nouveau constructeur !

 


 

2. Une GT supérieure à la Ferrari F40 : un défi sacrilège

 

L'impressionnante définition technique de la Monte-Carlo, son potentiel sportif et sa base industrielle crédible sont illustrés par le fait que MCA est la seule marque dans l'Histoire à laquelle Lamborghini accepta de fournir ses groupes motopropulseurs légendaires - ceux là mêmes qui équipaient alors la Countach Quattrovalvole. Quant au châssis, la MCA Monte-Carlo est révolutionnaire par sa coque en Composite-Carbone : c'est la première marque dans l'Histoire à offrir cette technologie sur une voiture de route, avant même la Bugatti EB110 et la Pagani Zonda.

Au début des années 90, la Monte-Carlo fut d'ailleurs testée dans différentes versions sur les circuits où se déroulaient au même moment des essais de développement de la Bugatti EB100. les deux équipes se connaissaient, et certains témoins reconnaissent aujourd'hui qu'en performance sur la piste, la Monte-Carlo s'imposait.

 

L'habitacle des MCA Monte-Carlo est climatisé et entièrement habillé de cuir Cartier.

 

En 1996, faute de trouver les moyens qu'il juge nécessaires pour développer sa marque, Fulvio Ballabio revend une partie de la firme à un constructeur dont les projets n'iront pas plus loin. Heureusement, il conserve le nom et la Société MonteCarlo Automobile, qui poursuivra envers et contre tout son activité, créant des voitures de compétition et des GT de grand luxe jusqu'à aujourd'hui. La dernière née, la Rascasse, dont le nom évoque le célèbre virage du circuit  monégasque est elle aussi une Grand Tourisme issue des techniques développées en compétition par la marque.

 


 

3. Projet 24 H. du Mans : le grand frisson, 354 km/h ...

 

La quatrième voiture construite est la seule du modèle GTB, équipée du moteur 12 Cylindres bi-turbo développé avec Carlo Chiti, et exposé au Los Angeles Auto Show en 1992 – Initialement bleue, elle fut repeinte en argent par MIG et participa aux essais des 24 Heures du Mans 1993 et fut repeinte en noir. L'ambition était extraordinaire, et les moyens techniques rendaient possible de concourir pour la victoire ; mais les moyens financiers et l'organisation de l'équipe, totalement inexpérimentée aux mains du millionnaire d'Europe de l'Est, ne permirent pas de mener à bien ce projet passionnant.

 

Les rares documents disponibles montrent les deux voitures de l'écurie MIG, qui tenta l'aventure du Mans, hélas sans aucune préparation sérieuse et sans réels moyens

 

 


 

4. La production : la plus rare de toutes les Grand Tourisme

La voiture présentée ci-dessous est la première Centenaire construite (à Novara et Monaco) par la marque monégasque ; son châssis, initialement 001 a reçu un numéro EL002 GB après avoir été modifié, comme il est inévitable pour une voiture de développement usine. De couleur ivoire à sa présentation, c'est celle qui fut essayée notamment par J-F Marchet dans Auto Hebdo (numéro du 9 Juillet 1991). Elle a été longtemps exposée à l'usine Lamborghini de Sant'Agata, puis est retournée entre le smains de Fulvio Ballabio son concepteur. Elle a été récemment acquise par AUTODROME PARIS.

La seconde voiture est l'autre exemplaire de développement (ou pré-série) motorisée dans le cadre de l'accord de coopération conclu avec Lamborghini. Sa couleur originale était bleue.

La troisème voiture construite, également bleue est également motorisée par un Lamborghini V12, nos recherches historiques se poursuivent sur cet exemplaire.

Au total il est évalué que cinq à six voitures ont été construites. Nous constituons actulemment undossier historique pour retracer leur histoire.

 


Le Spider Beaurivage est la cinquième voiture fabriquée. Elle fut équipée d'un 12 Cylinders également développé par Chiti mais cette fois-ci atmosphérique, de 7 litres de cylindrée et donné pour... 720 chevaux.

Les sixième et septième voitures furent des prototypes différents des précédents et propulsés par des moteurs Mercedes. Mais ces projets tournèrent court. La suite de l'aventure MCA reste extraordinaire pusique la marque existe encore et développe des prototypes utilisant des bio-carburants et carburants "verts", comme le gaz et l'éthanol. Ces prototypes ont obtenu de remarquables succès en compétition. Nous y reviendrons bien sûr.

 

 La structure centrale en carbone de la Centenaire était une première mondiale, et témoigne de l'audace de G. Bellasi, pionnier de cette technique.

On note également les double combinés ressorts-amortisseurs et les freins Brembo ventilés à quatre pistons.

 


5. La voiture exposée à Rétromobile

 

 

La Centenaire V12 Lamborghini numéro #EL002 est en fait la première fabriquée, photographiée ici à l'usine Lamborghini

D'après les éléments que nous possédons sur son histoire, la voiture a été confiée à l'usine peu après sa présentation

Par la suite, elle est revenue entre les mains de son constructeur Fulvio Ballabio

 

 

 

La MCA Centenaire #EL (Esperimentale Lamborghini) exposée sur le Stand AUTODROME PARIS en 2007

 

La voiture exposée est tout-à-fait exceptionnelle puisqu'il s'agit de l'une des deux premières construites par MCA. Son numéro de châssis comporte les initiales EL (Esperimentale Lamborghini) et celles de Guglielmo Ballabio. Elle est donc la toute première automobile Grand Tourisme jamais fabriquée dans l'histoire disposant d'un châssis carbone. Au total, seulement six ou sept exemplaires de cette sportive d'avant-garde sortirent des ateliers de MCM.

Ce prototype a été tout d'abord utilisé par MONTE-CARLO AUTOMOBILE pour le développement des futures autos qui, après les premiers exemplaires motorisées en collaboration avec Lamborghini, devaient être équipées d'un moteur entièrement nouveau, un V12 conçu par Carlo Chiti et dont il a existé une version de 7 litres atmosphérique et une autre turbo-compressée.

Cette voiture reste donc un modèle unique, réalisé avec la participation directe de Guglielmo Bellasi, pionnier de la fibre de carbone, et dont la structure et le design du châssis antérieur diffèrent de tous les autres exemplaires qui furent produits après. La voiture a été livrée en 1992 selon le contrat entre MCA et Lamborghini et exposée durant sept ans à l'usine de Sant'Agata. A l'arrivée de la société AUDI comme nouveau propriétaire de Lamborghini, la voiture fut restituée personnellement à Fulvio Ballabio.

Initialement de couleur blanc ivoire, ce premier exemplaire fut ultérieurement fini dans un coloris Bleu roi métallisé, comme le reste de la production des autre modèles - la GTB, et le cabriolet Targa Beau Rivage - et reçut notamment des modification techniques, comme de nouveaux freins Brembo de plus grand diamètre, un capot avant avec une position des feux conformes aux normes d'homologation. Cette voiture historique est le témoignage d'une avancée technique extraordinaire par son utilisation du carbone notamment, et restera la première automobile non-Lamborghini bénéficiant d'un moteur de la marque de Sant'Agata.

 

 

La mention "Powered by Lamborghini" est un privilège : l'usine Lamborghini autorisa officiellement

la marque MCA à afficher la collaboration officielle entre les deux marques.

L'habitacle est revêtu d'un magnifique cuir rouge sombre Connolly, et dans un état parfait de préservation.

Une silhouette de prototype de course, un air de Jaguar XJR15, des détails fonctionnels orientés ver la performance,

et dont la nécessité technique engendre une beauté agressive: la MCM est une véritable "auto de course pour tous les jours".

 

La MCA Monte-Carlo Centenaire à moteur Lamborghini, premier exemplaire au monde, a été exposée par AUTODROME au Salon Rétromobile 2007, du 15 ou 25 Février à Paris, aux côtés de la fameuse Pregunta-Lamborghini, autre modèle exceptionnel - mais celui-là unique au monde -propulsé par un moteur V12 Lamborghini. En 2015, AUTODROME PARIS, qui avait acquis cette voiture unique, commençait sa restauration chez la prestigieuse Carrosserie Lecoq, pour lui redonner sa couleur originale blanc ivoire.

 

Sur le Stand AUTODROME, deux modèles uniques : le roadster Pregunta signée par Marc Deschamps (ex-directeur du style Bertone) et la MCA Centenaire.

 

English speakers: please call us for details: +33 630096491

 Accueil/home    Ventes/Stocklist  Pagani   Lamborghini