LOTUS EUROPE Type 46 SERIE 1 - 1967 

moteur Renault version spécifique pour la Lotus Europe

l'une des 300 fabriquées avec vitres fixes, et coque en composite intégrant le châssis

 

English version : click here

 

La Lotus Europe Série 1 : première Lotus à moteur central - inspirée des F1 et prototypes...

 

1 - Le modèle

 

La plus belle, la plus légère et la plus rare LOTUS EUROPE, la première version, créée en 1966.

 

 

Dessin pur, légèreté extrême (600 kg), pilotage de Prototype : ni servo-frein, ni équipement superflu, vitres latérales fixes en une pièce, un seul essuie-glace..

Le châssis est intégré à la coque en fibre de verre pour plus de légèreté et de rigidité. Solution abandonnée dès la série suivante : trop cher pour les assureurs !

 

Voir les détails de la voiture mise en vente: Cliquez ici.

 

HISTOIRE DU MODELE :

 

 

 

En 1966, avant-gardiste et superbe, la nouvelle Lotus Europe, ou Type 46, fait sensation en offrant le moteur central-arrière des F1 aux passionnés de conduite sportive.

Présentée la même année, la Lamborghini Miura emprunte la même structure biplace à moteur central, issue des prototypes Ferrari et Ford de compétition : P3, GT40.

A peine quelques jours après, la Type 47 (ci-dessous), version compétition de la Type 46 Europe, remporte un beau doublé à Brands Hatch pour sa première course.

 

 

 

Lotus 47 à moteur Cosworth : une terrible efficacité grâce à l'expérience de la Formule 1 (Lotus fut Champion du monde en 1963 et 1965)

 

 

La Lotus Europe type 46, présentée le 20 décembre 1966, est une des premières GT à moteur central, comme étaient conçus des Prototypes de course de l'époque. Ultralégère avec seulement 600 kg, des vitres latérales fixes, un châssis solidaire de la carrosserie, cette Lotus procure des sensations de pilotage hors du commun. Elle reprend l'idée d'une carrosserie monocoque en fibre de verre, expérimenté sur l'Elite (Type 14), mais en l'associant à un châssis-poutre en acier intégré dans le composite. Le profilage atteint un sommet, avec un dessous entièrement caréné : le coefficient de pénétration ressort à 0,29, exceptionnel pour un modèle de route. Seules les toutes premières versions de la Série 1 possédaient en fait le châssis non-démontable, pris en sandwich dans la coque en fibre de verre. Il en subsiste fort peu aujourd'hui.

 

Le succès de la version compétition Type 47 fut immédiat, témoignant du bien-fondé de sa conception. Ce modèle est un des plus importants de l'Histoire de Lotus, puisque c'est la toute première Lotus de route à moteur central. Contemporaine de la Lamborghini Miura, la Lotus Europe n'est pas moins belle ; on peut même dire que le dessin, plus sobre, dénué de tout artifice a mieux traversé le temps. Son style, notamment l'avant, rappelle celui de la Lola GT MKIV, les deux voitures ayant été dessinées par John Frayling.

 

 

 

A gauche : Jim Clark, casque sous le bras, en 1964. A droite : l'Ecossais négocie une courbe au volant de sa Lotus 25, première Formule 1 monocoque. La position de conduite est

proche dans l'Europe, bras tendus, assis au ras du sol. Centrage des masses, profilage, extrême légèreté: en course comme sur route, Chapman utilise les mêmes concepts audacieux

 

 

 

La série "Chapeau melon et bottes de cuir" (Avengers) mit en valeur la ligne profilée et excitante de la Lotus Europe (Linda Thorson joue Tara King)

 

 

Les collectionneurs se passionnent pour ces premières GT, légères et grisantes, et qui ne seraient jamais autorisées aujourd'hui ! La cote de ces modèles a monté rapidement ces dernières années: ainsi l'Alpine 1300/1600S, ou la Porsche 911 "châssis court" 1965-67 sont aujourd'hui fiévreusement demandées. L'Europe Série 1 ultralégère, à vitres fixes et châssis intégré - il n'en reste que quelques exemplaires - est très recherchée pour le plaisir de conduite pur autant que pour son intérêt historique considérable, puisque c'est la première Lotus de route à moteur central, et aussi pour ses particularités de construction remarquables.

Ainsi la révolutionnaire Type 46 Série 1, est la Lotus Europe "édition originale", un peu comme les Jaguar Type E "plancher plat" ...Elle connut ensuite différentes versions :

- La seconde version est la Série 1/A - 1/B (appellation officieuse) reconnaissable à ses vitres latérales en deux parties - un triangle fixe, et un carré démontable -, beaucoup moins esthétique, et à son tableau de bord en faux bois. La boîte et sa commande, furent aussi modifiées.

 

Après le #300, l'Europe reçut des vitres latérales en deux parties, altèrant la pureté du dessin originel.

 

- Puis, la Série 2 ou Type 54, très courante sur le marché, et reconnaissable notamment à ses clignotants proéminents sur le capot, possède des vitres électriques avec déflecteurs, des sièges réglables, de nouvelles garnitures et poignées de portes, un tableau de bord en une seule partie, deux essuie-glace, et d'autres modifications. Cette version est plus lourde et son dessin est bien moins pur que la première version.

 

EUROPE  Série 2 (type 54)

 

- La Type 65 dite "Federal" est la version conforme aux règlements des USA. Elle possède la même carrosserie que la Type 54 ci-dessus.

- Enfin la "Twin Cam" ou Type 74 est propulsée par un moteur Lotus-Ford à double arbre à cames en tête ; la carrosserie est légèrement plus haute. Un série limitée "Special", plus puissante sera ensuite commercialisée.

 

 

50 ans après sa présentation, l'ultralégère Lotus Europe (S1 originelle) fascine les passionnés, avec sa ligne élancée et intemporelle

 

"Une Sport-Prototype pour la route", titrait Sport-Auto à l'époque. Impossible de faire plus léger (600 kg), ni plus moderne - moteur central-arrière, suspensions triangulées, carrosserie fibre de verre ultra basse incorporant le châssis, ligne révolutionnaire et pure, aérodynamique incroyable grâce notamment au carénage inférieur... sa technique et son comportement surprennent et sucitent l'enthousiasme chez les passionnés.

 

L'Automobile, particulièrement critique sur l'équipement et la visibilité arrière, ne peut que constater que la direction est "un monument de précision..autorisant une réponse instantanée, comme ce que l'on rencontre sur les monoplaces" ! L'article de JP Thévenet, visiblement agacé par le manque de confort, est titré "Une belle fleur de circuit, difficile à cultiver sur le bord des routes"... Un compliment qui confirmait la nature excitante de l'Europe.

 

Certains notent la légèreté extrême de sa construction, car le patron de Lotus, Colin Chapman, ingénieur de génie, a choisi des vitres latérales fixes (comme sur la Ford GT40 contemporaine et comme dans les avions!), les sièges aussi (on règle le pédalier), et il n'y a ni garnitures ni poignées de portes ! Le moteur Renault 16 une fois modifié par Lotus (+ 25 chevaux), procure largement assez de puissance sur la route...

 

Le magazine Autocar a chronomètre l'Europe Série 1 à 195 km/h, prouvant le bien-fondé des conceptions de Lotus. Les versions suivantes, Série 2 et Twin Cam étaient moins rapides : 185 km/h pour la S2 chiffre relevé par Motor, en Septembre 1969, et 188 km/h pour la Twin Cam relevé par Autocar, en Janvier 71.

 

 

 

La finesse, la légèreté et la tenue de route de l'Europe stupéfient les experts. A droite, sur le dossier de presse, le Moteur Renault 16 "modifié pour la LOTUS GT"

Ce moteur est soigneusement préparé: soupapes plus grandes, collecteur d'admission, pistons bombés, carburateur, arbres à cames, coussinets de bielles...

 

 


 La voiture proposée à la vente :

 

 

 

Lotus Type 46 Europe, vraie Série 1 - 1967

vitres monobloc non-ouvrantes, châssis intégré à la coque

Moteur et boîte d'origine "matching numbers"

 

 

 

Rarissime Europe S1 préservée avec moteur d'origine : 45 ans dans les mêmes mains et matching numbers - une Lotus de grand intérêt historique

La peinture moderne est à notre avis à refaire dans la teinte ivoire d'origine (photo ci-dessous), une couleur très rare, intéressante dans une Collection.

 

 

 

La toute première version de l'Europe, si excitante à piloter, bourrée de "défauts" et spécificités signées Chapman, n'a été construite qu'en 300 exemplaires. Les deux tiers ont été détruites au fil du temps, en raison notamment de la construction très légère, voire fragile, et presque toutes les survivantes ont été modifiées pour la compétition, ce à quoi l'Europe se prête admirablement comme sa sœur de course la Type 47. Il est donc presqu'impossible aujourd'hui de trouver une Europe de Série 1 en état d'origine telle que présentée par Lotus en 1966, non modifiée. Nous avons pu acquérir ce modèle extrêmement rare, Série 1 d'origine mise en circulation en Novembre 1967.

 

Il est exceptionnel de retrouver une Europe S1 aussi authentique, avec son châssis d'origine, son véritable moteur Renault affûté par Lotus (pièces spéciales : arbres à cames, soupapes, coussinets, tubulures etc..) et son intérieur d'origine, volant allégé à jante mince, jauges et compteurs d'origine et tous ces détails qui la rendent incomparable par son audace, sa finesse et sa légèreté.

 

Nous connaissons l'histoire de cette voiture, qui est demeurée dans les mêmes mains pendant 45 ans !

 

Sans corrosion, elle est complètement d'origine, (à l'exception de quelques détails comme les rétroviseurs et les jantes qui sont cependant d'époque) . Cette Lotus a été vendue neuve en France, comme l'indique la plaque par l'importateur français à son premier propriétaire à Nice.  Le second vivait aussi dans le sud de la France et a conservé la voiture dans un état proche de l'origine pendant plus de 40 ans.

 

Les freins et le radiateur d'eau ont été refaits à neuf, et la voiture fonctionne très bien. Elle n'a jamais été entièrement restaurée et garde donc toute son authenticité. La voiture possède sa Carte Grise normale française, son cric et sa roue de secours. L'autre Lotus Europe Série 1 que nous possédions a été acquise récemment par un collectionneur anglais. Compte tenu de la rareté de cette première version (et de la qualité de la voiture), un article lui est consacré dans le dernier numéro du magazine spécialisé Autorétro.

 

 

 

Cette Europe Série 1 est particulièrement bien conservée : depuis les portes ultra-légères en état impeccable, jusqu'au tabeau de bord et au cric,

en passant par le moteur Renault-Lotus, avec son carburateur Solex d'origine et son filtre à air, c'est très rare sur ce modèle quasiment toujours modifié

 

 

En 1967, José Rosinski, Rédacteur en Chef de Sport-Auto, conclut ainsi l'essai de la Série 1 :

"L'Europe est, vous l'avez compris une auto pour fanatiques, pour inconditionnels, avec d'invraisemblables lacunes qui sont à la mesure de ses extraordinaires qualités. Devant elle, on ne saurait rester indifférent : selon son caractère et ses goûts, on se croira victime d'une mauvaise plaisanterie, ou on se roulera par terre en récitant les louanges de Colin Chapman. Or, figurez-vous, de ces deux attitudes, c'est la seconde qui  me paraît la plus sensée !"

 

Rosinski relevait notamment "l'indicible plaisir" que procure la conduite de l'Europe, car "piloter cette voiture, c'est exactement, puissance et bruit en moins, se trouver au volant d'un prototype de course". Quel plus beau compliment pour une sportive ? Rosinski, qui a pourtant conduit les plus sensationnelles GT du monde décrit ainsi l'Europe : "La douceur et la précision de la direction sont inouïes, la docilité de la voiture à suivre la trajectoire demandée vous stupéfiera. Elle se contrôle comme un jouet, au millimètre, avec d'imperceptibles corrections de volant si nécessaire : un vrai rêve..."

 

A gauche, Lotus Elite de 1957, à droite l'Europa de 1967. Dix ans après, Chapman innovait toujours, techniquement et esthétiquement ; deux icônes dans l'Histoire Lotus.

 

L'extrême rareté de la première Europe série 1 (à vitres non-ouvrantes, et châssis "collé") son intérêt historique la rapprochent de l'Elite Type 14 des années 50. Une Elite en parfait état vaut désormais entre 70 et 90.000 €. Une Elite a changé de main en enchères publiques pour 140.000 $ (105.000 €) en 2012, chez Gooding. Cette cote est à rapprocher de celle d'un autre modèle historiquement important: la première Porsche 911 (1965-67), qui se négocie entre 100 et 200.000 € sur le marché selon les versions et l'état bien sûr.

 

L'Europe S1 est plus rare que l'Elite, aussi importante historiquement, et bien plus abordable pour le moment. Elles sont au même rang pour les passionnés : admirées et convoitées à leur époque, elles sont aujourd'hui des Classiques à collectionner pour leur style, leur originalité et leur intérêt Historique, mais aussi pour leur pilotage grisant.

L'Europe est la première Lotus de route à moteur central, une référence essentielle dans la légende de la marque créée par Colin Chapman ; et la toute première Série est naturellemment la plus intéressante et la plus pure de conception et de dessin.

 

PRIX : sur demande

 


 

AUTODROME PARIS Spécialiste Lamborghini - Pagani Automobili - Automobiles Classiques - Tel: +33 (0)630 096 491 / +33 (0)686 699 827

LISTE COMPLETE : AUTOMOBILES CLASSIQUES DISPONIBLES/a>

VOTRE AUTO A VENDRE ? Nous recherchons Lamborghini V12, Ferrari, Mercedes, Maserati, Aston-Martin, De Tomaso.

Quelques autos que vous auriez pu acheter chez AUTODROME Paris or Cannes...

ACCUEIL    HOME


English version

LOTUS 46 "EUROPE" EARLY SERIES 1 - 1967

Matching numbers engine

One of only 300 built

 

Lotus Europe Series 1 : the first mid-engine GT Lotus was inspired by racing prototypes.

 

1 - The model

 

The most beautiful, the lightest, and the most rare of all : the LOTUS EUROPE S1 presented in 1966.

 

 

Sleek, elegant design, extremely light (600 kg), a Sport-Prototype driving experience : no power brakes, no useless equipment, non-opening side windows, only one windshield wiper...

Chassis is integrated within the fibreglass bodywork for rigidity and light weight ; insurance Companies found it too expensive, so Lotus had to switch to a conventional, removable chassis for S2 !

 

 

Engineer Ron Hickman in his office at Lotus in 1963.

On the wall, a drawing of a mid-engine 8-cylinder race car. Ford was balancing between Lotus and Lola for their Le Mans race car.

It was the first sketch of the mid-engine GT that will become the Lotus Europe ; styling was by John Frayling who also designed the Lola GT MK IV.

 

 

 

 

In 1966, the revolutionary Lotus Europe, Type 46, made a sensation by offering Formula 1 mid-engine structure in a road-legal GT.

The same year, Lamborghini presented the Miura, also a mid-engined 2-seater. Inspiration of both cars was the Le Mans Prototypes Ferrari P3, Ford GT40.

One week after, the Type 47 ((here below), racing version of the Europe, got a remarkable victory at Brands Hatch for its first race.

 

 

Lotus 47 - Cosworth : all the Lotus experience in Formula 1 (1963 & 1965 World Champion) concentrated in a very fast racing GT.

 

 

 

 

The Lotus Europe type 46, presented on Dec. 20, 1966, is one of the very first mid-engine GT, a structure that is derived from the racing Prototypes. Ultralightweigh (600 kg), non-opening windows, a chassis integrated to the monocoque bodywork, this "racing Lotus for the road" as it was nicknamed offers incredible driving sensations. The fibreglass monocoque, as tested on the Elite (Type 14), is bonded to the steel chassis for more rigidity. The aerodymanics are extremely elaborated with a CX of only 0,29, very unsusual for a road car. Only the Series 1 featured the integrated chassis - a costly and sophisticated technique. Very few have survived.

 

The success of the Type 47 was immediate with a 1st & 2nd positions at Brands Hatch for the first outing. The Europe is one of the most important in the History of Lotus, and also one of the first GT with mid-engine structure. It was contemporary of the Lamborghini Miura... and comparatively as beautiful ; one can even say that the Europe shape, sleek and sober with no artifical ornament, is timeless and more classic than th Miura, looking more "seventies" . The front end of the Europe reminds of the Lola-Ford GT, whilst the rear part is completely original and aerodynamically very efficient.

 

 

 

Lotus Europe (left) and Lamborghini Miura (right) : presented the same year, two GTs combining racing inspiration, light weight and aerodynamic efficiency

 

 

 

Left: Jim Clark, during a briefing in 1964 (helmet under his arm). Right: the Flying Scottsman at the wheel of his Lotus 25, first Formula 1 with monocoque chassis. The driving position is the same

as in the Europe. Mid-engine, low centre of gravity, aerodynamics, Chapman uses the same audacious concepts for his racing and road cars. The Europe is a pure delight to drive.

 

 

 

The Avengers : an exciting Lotus Type 46 was the partner of Linda Thorson, as Tara King.

 

First came the much acclaimed Series 1 : only 300 built (less than 100 today), and it is the only Euorpe with typically Chapman single-piece, non-opening side-windows.

 

The Lotus Europe was then modified during its life :

 

- The next series is the Series 1/A and 1/, with opening windows in 2 parts (the bigger to be taken off and stowed in the door), imitation-wood dashboard, different exhaust, and other modifications.

- Series 2, Type 54, is the most common on the market (about 5000 made), and very recognisable with prominents side light indicators, electric windows with quarterlights, a one-piece dashboard, and other changes.

- The Type 65 "Federal" is the version sold in the US, modified in compliance with USA Federal regulations.

- Finally Type 74 Twin-Cam, is the last version, with a twin-cam engine and a revised shape ; a special JPS edition was also built.

 

 

Half-a-century after its presentation, the fascinating Lotus Europe S1 retains its incredibly sleek, elegant and timeless elegance.

More about the History of the Lotus Europe type 46: click here (article in French)

 

 

In 1966, when Lotus Cars proudly present the new mid-engined Type 46 Europe, Press was enthusiastic: "A Sport-Prototype for the road", writes Sport-Auto. Impossible to build a lighter GT (610 kg), or closer to a competition car. Most sports car enthusiasts loved it, but some thought that it was so spartan and straight-forward that it could be a joke...

Autocar tested the Europe at 195 km/h, whilst later Series 2 & Twin Cam could'nt go quite as fast : 185 kmh for the S2 (Motor, Sept. 69) and 188 km/h for the Twin Cam (Autocar, Jan 71).

 

 

 

Period picture ("CarMagazine").

The lightweight Europe with its low, sleek shapes fascinate all experts by its incredible road-handling. Right: the Press release show the Lotus version of the Renault 16 engine.

It's significantly tuned : different intake collector, bigger valves, special pistons (for higher compression rate), new carburettor, sportier Cam profile, better bearings, etc...

 


2 - The Car for sale :

 

 

Lotus Type 46 Europe, true Series 1 - delivered in November 1967 -  non opening one-piece side windows, chassis bonded to the fibreglass monocoque

Original Renault-Lotus engine, incredible history: 45 years in the same hands

 

 

The very first Europe, extremely exciting to drive, brainchild of genius engineer Colin Chapman ; only 300 have ever been built... Very few have survived, and alas, most have been heavily modified - bodywork, wheels, interior, engine, etc..It is therefore almost impossible tod ay to find a non-modified example.

The excellent Europe S1 that we have acquired was delivered by the factory on October, 25th, 1967 to Italian Importer. The car has its original interior : seats, steering wheel, counters, handbrake, rear mirror ; and also its original, authentic Renault-Lotus engine, gearbox, headlights...

 

This Europe was sold new by the then French importer (its plate is still on the car), to its first owner in Nice. It has spent most of its life in the south of France in the hands of the same collector for 45 years ! The dry environment has of course helped the preservation of this very healthy example.It has never been completely restored, keeping its historical integrity. Some technical restoration work have been done (new breaks, radiator, etc). It has a regular French Title.

 

 

 

 

  

 

 

Left, Lotus Elite 1957 ; right, our Lotus Europe for sale (1967). For both, Chapman was at the leading edge of innovation, design and audacity. Less Europe S1 than Elite have survived.

 

 

The very first Europe Series 1, with one-piece non opening windows, and chassis bonded to the race-inspired fibreglass monocoque, is Historically very close to the Elite Type 14, star of Lotus in the 50s. Today, a perfect example of the Elite is now worth 80-100.000 €. A Lotus Elite sold in a public auction for 140.000 $ / 105.000 € (Gooding, March 2012). Another Sports Car of the same period is on the same range on the market : the first Porsche 911 / 911S. But both the Elite and the Porsche are actually much less rare than the Europe Series 1.

 

Investing in this very first version of the Lotus Europe is both enjoying an incredible driving pleasure, and also safely invest in a famous and exciting Collector car made by one of the most legendary racing car manufacturers. The early Type 46 Europe is rapidly gaining value on the market, and there are good reasons to beleive that this trend will only increase with time, based on comparable references.

 

 

PRICE : on request

 

 

 

Tel. +33 (0)630 096 491 ou  +33(0)686 699 827 - Shipment worldwide - English website:

COMPLETE LIST OF CLASSIC CARS FOR SALE : CLICK HERE

Your classic for sale ? Autodrome buys Lamborghini, Ferrari, Lotus Europe S1, Maserati, De Tomaso Mangusta.

A few classic cars that you may have bought from AUTODROME Paris or Cannes...

  HOME PAGE